Il pleut sur la frontière

                                           Il pleut des rideaux de fer

                                           Il pleut la mémoire des jours meilleurs

                                           Il pleut à l’intérieur de mes cheveux

                                           Il pleut de larges paupières écartées de force

                                           Pour voir la pluie de coups tomber

                                           Il pleut des petits enfants sanglants

                                           Arrachés au ventre de leur mère

                                           Par des médecins soldats en Chine

                                           Il pleut des noyés morts de soif

                                           Il pleut sur la place laissée par les disparus

                                           Il pleut sur la frontière  toujours

                                           Il pleut sur celui qui espère

                                           Je n’ai pas reçu ta lettre

                                           J’attends je n’ai pas reçu ta lettre

                                           Il pleut sur le corps de mon frère

                                           Emporté par les courants froids

                                           Et qui n’écrira pas

                                           Il pleut c’est vrai

                                           Ne t’en étonne pas

                                           Comme un bruit de fond

                                           Une musique barbare

                                           La rumeur des villes ou le bruit du métro

                                           On perd à l’habitude la conscience de la pluie